A diverses occasions, j'ai entendu parler de cette technique de parentalité bienveillante, qui consiste à chatouiller un enfant qui boude, pleure, fait une crise, pour le faire rire et changer son humeur. Les témoignages disent que c'est très efficace : on chatouille, l'enfant rit. Pour autant, cette pratique est-elle bienveillante ?

 

 

 

Plusieurs choses me gênent :

 

Tout d'abord, l'usage de la contrainte physique : très clairement, il s'agit de contraindre physiquement un enfant à rire. Le rire est dans ce cas une réponse mécanique à stimulus physique, le guili. Il n'est aucunement l'expression d'un bien être, car, souvenons-nous, l'enfant boude, pleure ou fait une crise. Le chatouillement a, par le passé, été utilisé par diverses cultures comme une forme de torture.

 

Pourquoi je trouve ça mal ? Déjà car c'est un abus de puissance. Ensuite, car cela enseigne à l'enfant qu'il est autorisé de contraindre physiquement, que ce soit lui-même ou quelqu'un d'autre.

 

 

Par ailleurs, en forçant l'enfant à rire lorsqu'il n'est pas d'humeur, on lui envoie le message que ses sentiments ne sont pas importants pour nous parents. Le risque est qu'il prenne l'habitude de cacher les sentiments perçus comme négatifs par son entourage, et qu'un jour il ne les perçoive plus lui-même. Il existe beaucoup d'adultes déconnectés de leurs émotions et je crains que la technique "guilis" y contribue.

 

Je comprends tout à fait qu'en tant que parents nous ayons parfois envie de sortir une baguette magique qui transforme les larmes en rires. Mais n'oublions pas que c'est quand ils sont les plus difficiles que nos enfants ont le plus besoin d'amour. Qu'aimeriez-vous que votre meilleur ami fasse quand vous vous sentez frustré, triste, en colère ? Qu'il vous fasse des grosses blagues pour vous faire rire ? Ou qu'il vous écoute, vous comprenne, vous prenne dans ses bras ?