A la maison, nous avons fait le choix d'avoir une télévision qui n'est pas reliée aux chaînes locales, bien que l'abonnement soit intégré dans le prix de la location des lieux. L'omniprésence des publicités rend les programmes in-regardables. Nous visionnons donc : des DVD ou Blu-ray ; des programmes issus de Netflix ou Amazon. L'offre en dessins animés est une corne d'abondance dont nous ignorons encore les limites. Il a donc fallu faire des choix pour nos enfants.

 

J'ai éliminé d'office les dessins animés violents et vulgaires. Ensuite, à force d'en visionner, j'ai trouvé LE dessin animé qui correspond à mes goûts et mes valeurs et que mes enfants (2 ans, 3 ans et 5 ans) adorent. Il s'agit de "Masha et Michka".

 

 

 

Masha est une petite fille Russe qui vit près d'une gare en pleine campagne. Elle est entourée d'animaux avec lesquels elle passe tout son temps. 


Ce que j'aime :

 

  • Tous les épisodes se passent dans la nature, avec des animaux. Les paysages (forêt, lac, prairies...) sont apaisants et jolis. C'est frais, comparés aux dessins animés urbains qui se déroulent au parc, à l'école, voir au super marché.

 

  • Les personnages ont des personnalités normales. Ils ont leurs qualités et leurs défauts. Tous. Ce n'est pas un dessin animé avec des gentils et des méchants, ni avec QUE des gentils (ce que je trouve autant anxiogène que les défilés de mode avec que des femmes extrêmement minces). Par ailleurs, le loup court après le lapin pour le manger, tout comme le lapin mange des carottes, sans qu'aucun ne sont catalogués méchants sur la base de son régime alimentaire.

 

 

  • Masha est une petite fille très active et fatigante pour tout son entourage, toutefois, les animaux l'aiment comme elle est. Lorsqu'un jour, fatigués par son énergie, ils tentent de modifier son comportement en la faisant s'intéresser à la coiffure, ils font ensuite machine arrière car la vraie Masha leur manque.

 

 

  • Dans un autre épisode, Masha se met à dos tous les animaux. Ils sont furieux et veulent la punir. L'ours prend alors sa défense en relatant (sans mot, les animaux ne parlent pas dans Masha et Michka) sa propre enfance, pendant laquelle, lui-aussi, a parfois fait des choses à ne pas faire. Chaque animal se souvient alors qu'il a aussi dépassé certaines limites quand il était enfant. Un bon rappel, pour nos enfants et pour nous-mêmes, que nous avons tous été enfant et que tous les enfants font des erreurs. Ce n'est pas grave de se tromper, l'important est d'apprendre de ses erreurs.

 

 

  • Mes enfants cherchent à reproduire les activités de Masha et l'ours : faire de la chimie, de la couture, des confitures, de la magie, jardiner...Plusieurs fois, le dessin animé a été le déclencheur de nouvelles activités très enrichissantes. 

 

  • Au final, je trouve que Masha est l'allégorie de tout enfant, qui est, par nature, épuisant pour ses parents. Et l'ours, est le brave parent épuisé par sa marmaille, qui aimerait bien, parfois, pouvoir faire un mot croisé tranquillement, et n'y arrive jamais. Pour autant, l'ours aime Masha telle qu'elle est et ne voudrait pas qu'elle soit autrement. Et si Masha peut être agaçante, c'est une enfant, et elle aussi grandira.